Les centrales villageoises

Le Parc naturel régional du Luberon, la Communauté de communes du Pays de Banon et la Communauté territoriale du Sud Luberon (COTELUB) vous proposent un projet de création de centrales villageoises

Produire ensemble des énergies renouvelables, c’est possible !

Le Parc naturel régional du Luberon, la Communauté de communes du Pays de Banon et la Communauté territoriale du Sud Luberon (COTELUB) vous proposent un projet de création de centrales villageoises.

Les centrales villageoises sont des installations de production d’électricité renouvelable, décidées et développées par les citoyens et les acteurs locaux, dans lesquelles ils peuvent investir financièrement.

Elu, citoyen, responsable associatif, impliqué dans le monde économique, ce projet peut vous intéresser à divers titres : participer au développement de production d’énergies locales, mettre à disposition une toiture pour une centrale solaire, investir dans la future société, prendre part à une démarche citoyenne et conviviale...

En 2013, le Parc du Luberon a lancé un appel à candidature auprès des intercommunalités du territoire, afin de participer à un programme de création de centrales villageoises. La Communauté de communes du Pays de Banon et COTELUB ont répondu favorablement.
Cette opération pilote a pour ambition d’accompagner l’émergence de sociétés locales qui identifieront et porteront des projets d’installation de production d’énergie renouvelable (solaire photovoltaïque ou petit éolien), dans le respect et la mise en valeur du patrimoine naturel et bâti, avec un objectif d’optimisation des retombées économiques locales.

Elles seront constituées et financées au travers de partenariats d’acteurs locaux et citoyens du territoire, et labellisées « centrales villageoises de territoire ».
Financé au titre du Programme opérationnel interrégional européen Feder « Massif des Alpes », ce projet s’appuiera sur l’expérience menée en Région Rhône-Alpes selon la méthodologie testée par l’agence régionale RhônAlpEnergie Environnement : www.raee.org. N’hésitez pas à consulter le site Internet www.centralesvillageoises.fr qui présente la démarche, et est riche d’informations !

Un engagement citoyen

Tout le monde est invité à donner son avis sur le développement de ces énergies sur son territoire : participer aux réunions publiques, proposer des solutions originales ou innovantes, convaincre ses voisins proches ou lointains de s’associer au projet, repérer les conditions favorables, dessiner un village équipé, dialoguer avec les professionnels, avec les élus, entre habitants, sur un avenir plus positif pour notre planète, avec des énergies renouvelables localement maîtrisées.

Des réunions publiques d'information, Pour COTELUB :

Au moment où nous mettons sous presse le calendrier des prochaines rencontres n’est pas fixé. Pour en savoir plus, être invité aux prochaines étapes de ce projet, prendre contact avec Matthieu Camps, chargé de mission transition énergétique au Parc du Luberon : matthieu.camps@parcduluberon.fr

Qu’est-ce qu’une centrale villageoise ?

Le mode de développement actuel des énergies renouvelables peut poser des problèmes pour l’agriculture, le paysage, la biodiversité, le patrimoine, s’il n’est dicté que par des considérations financières.
Le concept de centrale villageoise est une nouvelle approche de développement de cette filière, qui se veut respectueuse du patrimoine, tout en créant de la richesse pour les habitants qui sont associés aux opérations.

Une centrale Villageoise c’est :

un débat avec la population sur les efforts à mener sur l’énergie et la façon de concevoir les projets publics et privés ;
la conception d’un projet dans lequel les habitants s’impliquent ;
l’implantation (principalement en toiture) de plusieurs surfaces groupées de capteurs photovoltaïques totalisant entre 500 et 2.000 m² dans le respect du patrimoine bâti et de la réglementation existante ; le petit éolien est aussi une option qui peut être étudiée ;
l’accompagnement par des professionnels qualifiés pour apporter des éléments techniques et permettre une intégration optimale des capteurs solaires dans l’architecture et le paysage – ou des éoliennes le cas échéant ;
un investissement partagé et apporté principalement par la population du territoire, avec une participation éventuelle des collectivités locales ;
la construction d’un modèle juridique et financier viable permettant un partage local des richesses.

Actualités en rapport

Copyright bastidedesjourdans.com - Conditions générales d'utilisation - Nous contacter